Guerre froide 2.0

Laisser un commentaire
Jeux vidéo

En 2029, l’équilibre du monde est entre vos mains. Vous pouvez l’amener à sa perte ou en faire une zone de paix. Avec le jeu de stratégie au tour par tour « Sigma Theory », le studio Mi-Clos, FibreTigre et Goblinz Studio créée un simulateur de catastrophe diplomatique qui vous fera regarder la politique avec un œil nouveau.

Vous avez fini par l’avoir, ce fameux « dream job » avec lequel on vous rabat les oreilles. Mieux, vous avez intégré les renseignements généraux et dirigez des agents secrets – un poil caractériels, mais passons. Votre place, vous la devez à la science, qui a fait un pas en avant conséquent, en mettant en lumière la Sigma Theory. Grâce à elle, l’humanité pourrait progresser comme jamais auparavant. Sauf que…

Sauf que les nations pourraient bien se battre, histoire de faire main-basse sur les technologies qui en découlent. Au milieu de tout ça, votre job sera de maintenir les relations internationales et de créer un nouveau monde. Être architecte de la paix, ça claque, sur un C.V. non ? Ou alors… Vous pouvez faire main-basse vous-même sur les technologies et mettre vos partenaires à genoux. Pour ce qui est des méthodes, ça vous regarde. Mais pensez bien que tout se paie.

Savoir être calculateur

team a-min

La première équipe, qui a rencontré un destin malheureux …

« Sigma Theory » est un jeu au format interface, à la manière d’Orwell. Mais ici, pas d’avatar. Vous remplissez un dossier d’admission comme il vous plaira, en choisissant tout : votre identité, votre nationalité, votre genre et… Votre conjoint.e. Un seul point est imposé, votre moitié ne peut pas avoir la même nationalité que vous. « Ça, c’est parce que la relation a un impact sur la fin, explique FibreTigre, » narrative et game designer. Notez que, des trois fins possibles, je n’ai atteint que les alternatives catastrophiques. Je vous raconte pas l’introspection…

En dehors de devoir gérer les demandes du conjoint, qui devient progressivement franchement pénible, vous devez calculer votre stratégie en fonction de l’horloge de l’apocalypse, qui sera impactée par vos actions. A votre disposition un drone de surveillance, un autre de défense et quatre agents à envoyer en mission sur une dizaine de pays. Tous dans l’hémisphère Nord et on se demande vite pourquoi. « Parce qu’on joue avec les dix premières puissances militaires mondiales, explique FibreTigre. Dans la réalité, le pouvoir militaire se trouve dans l’hémisphère Nord. Et on a toujours essayé de coller le plus possible à la réalité. » Ce n’est que la première claque que vous mettra ce jeu.

banque mondiale-min

Deuxième partie, avec la Banque Mondiale dans la poche.

Évidemment, vous avez à disposition un réseau de diplomates internationaux. Vous pouvez d’ailleurs aller gratter du côté de leurs casseroles ou de leurs faiblesses. Parmi vos contacts figurent également des acteurs plus ou moins calmes : activistes, cartels, organisations scientifiques, financières ou lobbies – qui eux-mêmes entretiennent des liens fragiles avec vos partenaires. Vous obtenez une belle équation.

« Je voulais qu’on puisse être cette personne qui a un certain pouvoir, mais aussi des comptes à rendre, raconte Michaël Peiffert. La politique est beaucoup plus compliqué que le  »spectacle » dont on parle, il faut prendre en compte beaucoup de groupes ayant des intérêts parfois contradictoires. » Moralité, prendre une décision demande beaucoup de considérations. Une action précipitée et l’horloge a reculé de plusieurs minutes. Un exercice d’avidité et un cartel met ses menaces à exécution.

Un nouveau regard sur la réalité

Votre marge de manœuvre est large mais rien n’est n’est ni gratuit ni acquis. « Sigma Theory » est un jeu auquel on peut vite se prendre, pour peu que vous vous intéressiez un peu aux relations internationales et humaines. Parce qu’il vaut mieux réfléchir à ce que vous dîtes à vos agents – même au recrutement, qu’ils peuvent refuser – et aux diplomates, qui peuvent procéder à des échanges de scientifiques ou de recherches. A noter que vous pouvez également envoyer un agent convaincre le chercheur. Quant à l’exfiltration, j’en garde des souvenirs douloureux !

map-min

La vignette verte désigne les scientifiques convaincus, auxquels il faut porter attention.

Régulièrement, la réalité se rappelle à vous. A travers ces drones que vous savez ne pas relever de la science-fiction, et que vous avez la possibilité ou non d’envoyer sur des théâtres de conflits. Parce que, dans l’absolu, vous y gagnez. Et c’est un autre point bien réel et bien gênant. Si on entre dans la partie avec des conceptions plus ou moins manichéennes, le jeu fait le choix de ne soutenir personne. Ce qui, fatalement, fait réfléchir et bouscule un peu les certitudes. On en vient à remonter des liens de cause à effets et à regarder le monde en faisant un pas de côté.

« Ce que j’aime avec la fiction, c’est qu’on peut tout raconter, explique Michaël Peiffert. Même raconter la réalité, ça passe mieux ! Surtout quand il s’agit de politique, encore difficile à aborder dans le jeu vidéo. » Il n’est donc pas question de faire du prosélytisme mais plutôt de présenter le monde géopolitique et ses acteurs sans partis pris, pour nos amener à questionner nos conceptions.  Là est toute la richesse de « Sigma Theory ». Vous continuerez à y penser une fois la partie terminée.

@aleksduncan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.